[vc_row][vc_column][vc_tta_tour spacing= »3″ gap= »3″ active_section= »1″ pagination_style= »flat-rounded » pagination_color= »mulled-wine » no_fill_content_area= »true »][vc_tta_section title= »News MusiClassic » tab_id= »1518185325307-52f7ffe6-a9c0277c-bf9e »][vc_column_text]

Chopin Grande Polonaise brillante Op.22 précédée d'un Andante spianato Claudio Arrau

Chopin Grande Polonaise brillante Op.22 précédée d’un Andante spianato Claudio Arrau

Frédéric Chopin, Grande Polonaise brillante Op.22, Andante spianato

Les News MusiClassic

Dernier concert de Chopin à Paris

L’Andante spianato et la Grande Polonaise brillante Op.22 en mi bémol majeur existe en deux versions, une pour piano solo (la plus souvent jouée) et une pour piano et orchestre (la version originale), la dernière du genre écrite par Chopin. La polonaise fut composée à Vienne en 1830, peu avant le départ de Chopin pour Paris. Peut-être las de l’étincelant style brillant, Chopin la délaissa jusqu’à ce jour de 1835 où il eut l’idée de la faire précéder d’une toute autre pièce, un véritable nocturne, en fait. Il semble que Chopin ait pu concevoir ses nocturnes Op.27 comme un triptyque où insérer cette œuvre.

La composition de la Polonaise en sol bémol majeur n’avait apparemment guère absorbé Chopin, et semblait davantage obéir à une impulsion soudaine qu’à une véritable ambition créatrice. En revanche, celle de la Grande Polonaise brillante en mi bémol majeur pour piano et orchestre devait lui prendre beaucoup plus de temps et d’énergie. Tout juste commencée lorsque Chopin demeurait à Varsovie, il la poursuivait encore à Vienne, ciselant ou corrigeant le moindre de ses détails. De telles œuvres, projetées de longue date, n’apparaissaient en règle générale que très lentement chez Chopin, au terme d’une méditation approfondie et bien après la venue de l’idée initiale. Lorsque Chopin acheva ainsi la Grande Polonaise, ultime représentant des œuvres concertantes de style “brillant’’ propres à la période dite “varsovienne’’, Chopin avait depuis longtemps quitté la Pologne. En dépit de cette filiation, cette Polonaise brillante Op.22 ne peut se comparer à aucune autre, ne serait-ce que par son écriture et son expressivité, la richesse et le faste des dessins sonores, comme tirés d’une étoffe orientale, se mêlent ici à la légèreté des figures de virtuosité. Il en ressort une impression de bonheur et de sérénité, assortie d’un lyrisme d’une exquise tendresse. On y entend aussi des nuances déjà présentes dans le thème, très délicates et qui confinent au fantastique, notamment lors des inflexions dissonantes de la mélodie à la fin des phrases, dans la chute soudaine de l’octave augmentée, ainsi que dans les successions de notes légèrement exotiques des petites gammes en doubles croches. Chopin va nous présenter une originalité dans la construction harmonique: la première dominante apparaît quelque peu tardivement, le thème s’appuyant longuement sur la tonique seule pour passer subitement en fa mineur. La particularité de ce thème réside également dans l’extraordinaire richesse de structure de la mélodie voulue par Chopin, dont les notes brèves poursuivent une trajectoire ondoyante. Dans le thème de huit mesures, on ne compte pas moins de 60 notes de signification mélodique, et non ornementale! C’est seulement par la suite, après le déploiement du motif annexe de la mélodie, que ce thème s’orne d’arpèges, de gruppettos et de longues fioritures.

Durant le parcours musical, les divers propos mélodiques s’enchevêtrent à de brillantes figures virtuoses de forme étude. L’extrême variété de leur sonorité s’explique surtout par la juxtaposition et la mise en relief de certains intervalles. La section centrale de la Polonaise brillante Op.22 se distingue ainsi par le chatoiement raffiné de ses couleurs et de ses nuances. Le premier épisode (elle en compte trois) commence par des octaves furieuses, fortissimo, auxquelles succède une calme mélodie en la bémol majeur, apparentée au thème en dépit d’un très éloigné. Par la suite, du second épisode, le plus important jaillit une mélodie lyrique et mélancolique en ut mineur.

Finalement, il l’intitula Andante spianato, “spianato” signifiant “régulier”, “égal”. Peut-être est-ce là, pour reprendre les mots des commentateurs, “un couplage passablement arbitraire” mais il n’en est pas moins merveilleusement efficace et constitue, en dehors des concertos, la seule œuvre pour piano et orchestre de Chopin à figurer régulièrement au répertoire.

Chopin présente cette partition en avril 1835, au Conservatoire de Paris, dans un concert pour le célèbre, du moins à l’époque, chef d’orchestre parisien François-Antoine Habeneck. Ce fut l’adieu de Chopin à un style purement virtuose et ce concert fut aussi le dernier grand concert donné à Paris par le virtuose Chopin. En tant que pianiste, Chopin quitte la scène mais en tant que compositeur, Chopin entre dans une phase qui va le conduire au sommet de ce style plein de maturité, style qui lui est si personnel dans lequel la virtuosité pianistique a été placée au service de l’expression.

La version pour piano seul commence avec un beau thème dans le registre supérieur, exprimant clairement un penchant romantique. Comme beaucoup des créations de Chopin, il y a quelque chose de beau dans sa tristesse. Une idée mélancolique, une aura nostalgique qui rappelle l’exil de Chopin, le manque de son pays et sa famille. Un thème moelleux qui va consoler notre tristesse arrive et après avoir rappelé quelques-uns des principaux matériaux, cette section se termine tranquillement. Le mot rarement utilisé en musique spianato signifie “niveau” ou “lissée”, et cette définition donne une idée très claire de la tonalité de la partition.

[/vc_column_text][/vc_tta_section][vc_tta_section title= »Ecouter…. » tab_id= »1518185325417-ad302630-a260277c-bf9e »][vc_column_text]

Ecouter…

  • Frédéric Chopin Grande Polonaise brillante en mi bémol majeur Op.22, précédé d’un andante spianato

Interprétation

  • Claudio Arrau London Symphony Orchestra Eliahu Inbal

[cue id= »25027″]

[/vc_column_text][/vc_tta_section][/vc_tta_tour][/vc_column][/vc_row][vc_row][vc_column][vc_gallery type= »grid » images= »24629,23894,23483″ img_size= »200*200″ grid_number= »3″ show_caption= »yes » gap= »small »][/vc_column][/vc_row]

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©[current-year] KLEO Template a premium and multipurpose theme from Seventh Queen

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account