Zelenka, Missa votiva, ZWV.18

Les News MusiClassic

[fap_track url= »http://music.oneclassical.com/Zelenka/Zelenka-Missa votiva-Kyrie-Luks.mp3″ title= »onclassicalmusic – Jan Dismas Zelenka, Missa votiva » share_link= » » cover= »http://www.onclassicalmusic.com/wp-content/uploads/2014/08/Zelenka-Missa-votiva-Vaclav-Lukks.jpg » meta= »Collegium Vocale 1704, Vaclav Lukks » layout= »list » enqueue= »yes » auto_enqueue= »no »]

Zelenka, Missa votiva, Kyrie

La Missa votiva est l’une des grandes messes composées par Zelenka ou cours des dernières années de sa vie. Après avoir eu-il cette œuvre, il a entrepris un grand projet de composition en 1740, à l’âge de soixante et un ans, avec un cycle de six messes, les Missae ultimae. Mais il n’a pas pu mener ce projet à bien, car il a été constamment malade pendant plus de dix mois. Zelenka est mort à Dresde dons la soirée du 22 décembre 1745 et a été enterré deux jours plus tard au cimetière catholique de Friedrichstcadt, un quartier qui s’était développé depuis peu, attenant à la veille ville de Dresde.

Le “Christe eleison” est un grand chœur construit autour d’idées musicales articulées dons la ritournelle instrumentale initiale un premier thème, un passage séquentiel et une cadence finale à laquelle on parvient grâce à l’une des figures de rhétorique musicale préférées de Zelenka “le passus duriusculus”, où l’intervalle de quarte majeure est masqué dans une descente chromatique, menée ici avec vigueur par l’ensemble de l’orchestre à l’unisson. On entend à nouveau cette figure dans le duo “qui tollis peccata mundi” et sur le mot “Jesu” dans le ‘’Quoniam tu solus Sanctus”, le “Christe eleison” est un air pour soprano solo avec instruments. On y trouve de nombreux éléments du style galant lyrique, notamment des points de cadence pour la soprano solo, une grande variété de caractéristiques rythmiques du style galant (syncopes, passages de triolets) et une abondance d’instructions destinées à l’exécution instrumentale qui font toutes allusion à l’exécution musicale sophistiquée et disciplinée qui faisait la renommée de la Hofkapelle de Dresde. Viennent ensuite deux “Kyrie”, le “Kyrie II” de douze mesures, qui est une introduction tutti au “Kyrie III”, version écourtée du mouvement initial.

0 Commentaires

Laisser une réponse

CONTACT US

We're not around right now. But you can send us an email and we'll get back to you, asap.

En cours d’envoi

©[current-year] KLEO Template a premium and multipurpose theme from Seventh Queen

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account